Candidats, partis et plateformes

Candidats, partis et plateformes

Les thèmes dominants


Gouvernance, intégrité et transparence, transport en commun, infrastructure et aménagement urbain, exode des familles, relance économique et culturelle.

Les principaux partis


Projet Montréal

Richard Bergeron

Projet Montréal a été fondé en 2004 par Richard Bergeron et Claude Mainville. Le parti compte actuellement 13 représentants élus, dont les maires actuels du Plateau Mont-Royal et de Rosemont–La-Petite-Patrie, respectivement Luc Ferrandez et François William Croteau. Richard Bergeron est né à Alma et habite Montréal depuis 1975. Il est architecte de formation, détient une maîtrise en Études urbaines ainsi qu’un doctorat en Planification urbaine. Il a enseigné à l’institut d’urbanisme, présidé la Fédération des coopératives d’habitation de l’Île de Montréal, été consultant au ministère de la Métropole, analyste et rédacteur pour le Groupe de travail sur les transports du Mécanisme québécois de concertation sur les changements climatiques et responsable des analyses stratégiques à l’Agence métropolitaine de transport (AMT). Il a également mené plusieurs recherches sur la gestion des services urbains et l’environnement, sur l’économie du logement et sur le développement des espaces vacant. Il est l’auteur de L’anti-développement : le prix du libéralisme (1991), Le livre noir de l’automobile (1999), L’économie de l’automobile au Québec (2003) et Les Québécois au volant, c’est mortel (2005). Sa première expérience en politique municipale remonte à 2004. Il se fait élire en 2005 puis en 2009 au conseil municipal. Il est actuellement chef de Projet Montréal (deuxième parti d’opposition) et conseiller de ville dans le district Jeanne-Mance du Plateau Mont-Royal.

Image source: projetmontreal.org/

Principaux engagements

La plateforme de Projet Montréal repose sur six orientations principales:

  1. Renforcement de la vie démocratique;
  2. Prospérité et vitalité économique;
  3. Exode urbain (répondre aux besoins des jeunes familles);
  4. Transports durables (réduction de la circulation automobile et augmentation du nombre de déplacements réalisés à pied, à vélo et en transport collectifs);
  5. Protection et mise en valeur de l’eau et des espaces verts (meilleur accès au fleuve, protection des espaces verts et amélioration de la gestion des déchets); et
  6. Assumer un leadership dans le secteur culturel (affirmer le statut de Montréal en tant que métropole francophone des Amériques et tirer profit de sa nature cosmopolite).

Intégration Montréal

michel_bruléLe parti Intégrité Montréal a été créé récemment, parallèlement à l’annonce de la candidature de son fondateur, Michel Brûlé. Ce dernier détient une maîtrise en littérature française et québécoise de même qu’un certificat en éducation. Il a été professeur au secondaire et au professionnel, avant d’être chargé de cours, puis éditeur, fondateur des Éditions des Intouchables et propriétaire des maisons d’édition Lanctôt éditeur et Le Loup de gouttière, rebaptisées plus tard Les éditions Michel Brûlé et Les éditions Cornac. Il a notamment publié L’Enfant qui voulait dormir (2005), Anglaid (2009), Les Bouctouches (2009) et 65 mesures pour améliorer le Québec (2011). En 2007, il a également produit un disque intitulé Tu zappes ta vie. Son entrée en politique commence en 2009, alors qu’il se présente comme candidat indépendant à la mairie de Montréal. Cette année, il sera accompagné d’une équipe formée de 15 candidats.

Image Source: brulealamairie.brulemedia.com/

Principaux engagements

Tout en disant vouloir maintenir « une main à gauche et une main et une main à droite », Michel Brûlé propose les orientations suivantes:

  1. Centralisation du pouvoir et simplification du processus d’appels d’offres;
  2. Élimination des mairies d’arrondissement et faire passer le nombre d’élus de 103 à 31;
  3. Accorder une grande place à la culture et l’art public; et
  4. Transport public gratuit pour les aînés et les parents accompagnés de jeunes enfants;

Il approuve également l’instauration de péages sur les ponts de Montréal, voudrait faire en sorte que tous les vélos soit munis d’un GPS afin d’éliminer les vols et remettrait à neuf 1000 kilomètres de routes chaque année.

Coalition Montréal

Marcel CoteFormée tout récemment, le parti Coalition Montréal a pour chef Marcel Côté et regroupe, notamment, des élus nouvellement indépendants de la ville de Montréal et ceux du parti Vision Montréal, dirigé par Louise Harel. Né en 1942, Marcel Côté a vécu sa jeunesse dans la ville minière de Malartic, dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Il détient un baccalauréat en sciences physiques de l’Université d’Ottawa ainsi qu’une maîtrise en sciences économiques de l’Université Carnegie Mellon, à Pittsburg. D’abord professeur à l’Université, il a ensuite dirigé pendant une trentaine d’années le cabinet conseil en gestion SECOR, dont il est le co-fondateur. Il a travaillé comme conseiller auprès de l’ancien premier ministre du Québec, Robert Bourassa (Parti libéral) et comme directeur de planification stratégique auprès de l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney (Parti Conservateur). Il continu actuellement d’exercer ses fonctions de conseiller auprès de certaines entreprises d’ici et d’outre-mer. Intéressé par le développement technologique et régional, il a participé à la rédaction d’ouvrages, dont Innovation Reinvented (2012), Une métropole à la hauteur de nos aspirations (Rapport Côté-Séguin, 2010), Le Rêve de la terre promise (2004) et If Québec goes… The Real Cost of Separation(1995). Marcel Côté a co-présidé un groupe de travail sur les enjeux de la gouvernance et de la fiscalité de Montréal, présidé les conseils d’administration du YMCA de Montréal et de la Fondation du Grand Montréal et occupe actuellement des sièges en tant qu’administrateur auprès des organisations suivantes: Orchestre symphonique de Montréal, Les Amis de la montagne, Festival Montréal en Lumière, Action Canada, Fondation NeuroScience du Canada, société minière Osisko et Empire Limitée (Sobeys). Il a également été administrateur des conseils d’Imagine Canada, de l’Institut de recherche en politique publique (IRPP) et du Forum des politiques publiques et participe à la Table d’action en entreprenariat de Montréal. Marcel Côté a annoncé sa candidature à la mairie de Montréal le 3 juillet de cette année.

Image Source: marcelcote.ca/en/

Principaux engagements

Coalition Montréal aura pour slogan « c’est le temps d’agir ». Les trois grandes promesses du parti, parmi lesquelles le dossier de l’éthique semble prioritaire, comptent 100 actions elles-mêmes réunies en 20 engagements, dont:

  1. Réforme du comité exécutif et intauration d’un « contre-pouvoir »;
  2. Embauche d’un commissaire à l’éthique;
  3. Simplification des processus administratifs et réforme de la haute direction;
  4. Plafonnement de la hausse de l’impôt foncier au niveau de l’inflation;
  5. Retenir les jeunes familles sur l’île de Montréal (construction de 2000 nouveaux logements avec trois chambres à coucher et de 15 000 logements sociaux sur cinq ans ; permettre à 5000 familles d’accéder à la propriété);
  6. Amélioration des transports en commun; et
  7. Renforcer le statut de Montréal en tant que métropole culturelle, économique et sportive (élargir l’accès au fleuve Saint-Laurent dans la zone du Vieux-Port, à Pointe-aux-Trembles et dans le Sud-Ouest).

Le Vrai changement pour Montréal

mélanie JolyLe Vrai changement pour Montréal a été fondé tout récemment par sa chef, Mélanie Joly. Cette dernière a fait des études de droit à l’Université de Montréal, où fût alors présidente de son association étudiante. Elle devient membre du Barreau du Québec en 2002, pour ensuite compléter une maîtrise en droit européen et comparé à l’Université d’Oxford, en Angleterre. Après avoir travaillé quelque temps comme avocate au bureau de Stikeman Elliott, elle effectue un stage en journalisme à Radio-Canada, puis occupe le poste d’associée directrice en relation publique chez Cohn & Wolfe, de 2009 à 2013. Entre 2008 et 2013, elle siège sur plusieurs conseils d’administration, dont ceux de la Régie des Rentes du Québec, du Cercle canadien, de l’Entrepreneur Organization (EO), du Conseil supérieur de la langue française et du comité national du Gala des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle. Mélanie Joly s’est également impliqué auprès d’institutions montréalaises telles la Fondation du CHUM, le Musée d’art contemporain, le Festival Bach de Montréal et l’Association du Village Shaughnessy, en plus de participer à la création de Génération d’idées et de M-19, deux groupes de réflexion politique. Elle a reçu le prix Arnold Edinborough en 2009, en récompense pour son implication philanthropique au sein du milieu culturel canadien. Lors de la dernière course à la chefferie du Parti libéral du Québec, elle fût également organisatrice en chef de la campagne de Justin Trudeau pour la province de Québec. Elle présentera une équipe de 14 candidats pour les élections municipales de 2013.

Principaux engagements

Tout en ayant le transport comme objectif prioritaire, la plateforme du parti Le Vrai changement pour Montréal repose sur les orientations suivantes:

  1. Construction de 130 km de service rapide par bus (SRB);
  2. Données ouvertes et transparence (libre accès aux données et aux contenus officiels de la Ville);
  3. Opération 30 000 familles (construction de logements dans les secteurs de la ville propices aux familles);
  4. Probité et qualité dans l’octroi des contrats (abolir la règle du plus bas soumissionnaire et assortir les contrats de travaux publics d’une garantie de qualité et de durabilité de 10 ans sur les travaux);
  5. Verdir Montréal (développer le couvert végétal de la ville en plantant 300 000 nouveaux arbres au cours des quatre prochaines années);
  6. Lutte contre l’exclusion sociale (toit décent aux familles les plus démunies et amélioration de la salubrité des logements);
  7. Revitalisation des grandes artères commerciales (prolongation des heures d’ouverture des commerces, piétonnisation de la rue Sainte-Catherine et valorisation des attraits de la vie nocturne montréalaise);
  8. Dynamisation de l’initiative citoyenne et appropriation de l’espace public par l’art; et
  9. Guichet unique pour les entreprises (simplification de la réglementation; faciliter l’obtention d’informations et l’attribution d’autorisations et de permis);

Équipe Denis Coderre

coderreL’Équipe Denis Coderre a été créé tout récemment, parallement à l’annonce de candidature du chef, Denis Coderre, au mois de mai 2013. Ce dernier est né le 25 juillet 1963, à Joliette. Il est diplômé d’un baccalauréat en sciences politique à l’Université de Montréal, ainsi que d’une maîtrise en administration des affaires à l’Université d’Ottawa. Il fût membre de quelques organisations, dont le Club optimiste de Montréal-Nord, l’Association des élèves de sa polyvalente, le Club Richelieu ainsi que la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord. Pendant sa carrière professionnelle, il fût notamment député du comté de Bourassa pour le Parti libéral du Canada durant 6 mandats, avant quoi il avait été membre du Comité des jeunes libéraux de Bourassa et de l’Association libérale du comté de Bourassa. D’abord secrétaire d’État au Sport amateur, il occupa ensuite les postes de ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, de président du Conseil privé de la Reine, d’Interlocuteur fédéral pour les Métis et les Indiens non inscrits, de responsable de La Francophonie et du Bureau du Canada sur le règlement des questions des pensionnats autochtones, ainsi que de conseiller spécial du Premier ministre pour Haïti. Il s’est également impliqué dans certains dossiers plus spécifiques, dont l’établissement du siège social de l’Agence mondiale antidopage à Montréal, la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, la mise en place de mesures visant à réglementer les consultants en immigration, etc. Il a également reçu le grade de Commandeur de l’Ordre de la Pléiade de la section canadienne de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie.

Image Source: equipedeniscoderre.com

Principaux engagements

  1. Améliorer l’offre de transport collectif (agrandissement du réseau de voies réservées, prolongement du métro, construction de 50km de pistes cyclables par année);
  2. Instaurer la mobilité intelligente (implanter un système de transport intelligent global);
  3. Revoir la gestion du transport du stationnement (transférer la responsabilité de Stationnement de Montréal à la STM, convertir les terrains existants au centre-ville en stationnements souterrains);
  4. Instaurer un poste d’inspecteur général doté d’un pouvoir de contraintes et d’enquêtes;
  5. Rassembler les forces du milieu culturel (promouvoir le 375e de Montréal, le 150e de la Confédération et le 50e de l’Expo; renforcer le réseau des Maisons de la culture, des bibliothèques et d’Accès Culture; promouvoir l’Agenda 21 de la culture); et
  6. Montréal, métropole culturelle (plan d’action 2007 – 2017, développement du Quartier des spectacles; créer la fonction de commissaire au développement économique réservé à la culture, revoir l’image de marque de Montréal; développer un programme d’ambassadeurs culturels de Montréal, etc…);

Notes:

  1. Pour certains candidats, les plateformes électorales ne sont pas tout à fait complètes. Cet article sera actualisé tout au long du déroulement de la campagne.
  2. Le contenu de cet article est tiré en grande partie des biographies personnelles des candidats et d’information publiée dans les médias. Il est donc à noter qu’elle n’a pas été soumise à une vérification exhaustive de la part de notre équipe.

Dernières nouvelles

Atelier du club et Sommet des services
À notre tour
L’assemblée générale de l’AÉUM automne 2017