Violence sexuelle

Violence sexuelle

Si vous êtes victime d’une violence sexuelle, sur campus ou hors du campus ou avant votre temps à McGill, sachez que ce n’est pas votre faute et que vous êtes crus et soutenus. Historiquement, l’Association des Étudiants de l’Université McGill (AÉUM) a échoué à soutenir les survivants des violences sexuelles en plusieurs cas et à tenir leurs membres et employés responsables pour les mals perpétrés. Cependant, les membres exécutifs actuels veulent prendre des mesures concrètes pour déplacer la culture interne de l’AÉUM en travaillant simultanément avec les parties prenantes sur le campus pour but d’empêcher la violence sexuelle et de soutenir les survivants sur le campus de McGill.

Vous trouverez ci-dessous une liste d’informations et de ressources portant sur la violence sexuelle sur les campus qui sont spécifiques pour McGill ainsi que pour notre communauté. Dans le texte suivant, nous référons aux individus qui sont victimes de violence sexuelle comme survivants, mais nous comprenons que ce n’est pas une terme auquel tout le monde s’identifie avec et que toutes les formes de langage choisie par quelqu’un pour définir/caractériser leurs expériences de violence, abus, attaque, mal et traumatisme sexuels sont valides et sont une choix importante pour l’individuel.

Nous avons aussi cherché à inclure les informations portant sur les mesures que l’AÉUM prend pour être proactif dans notre prévention et soutien de violence sexuelle sur le campus de McGill, au Québec, et partout au Canada.

Table de Matières


1) Qu’est-ce que la violence sexuelle? Comprendre et reconnaître les expériences de violence.
2) Les Réponses de la violence sexuelle et comment vous vous sentez
3) L’Intersectionnalité de la violence sexuelle
4) La Culture du viol sur le campus de McGill
5) Obtenir le soutien
6) Divulgation d’agression sexuelle
7) Les Options d’adjustment
8) Les Options pour les plaintes officielles
9) Les efforts de l’AÉUM pour la prévention, le soutien, et le plaidoyer contre la violence sexuelle

 

Qu’est-ce que la violence sexuelle? Comprendre et reconnaître les expériences de violence.

 

On trouve souvent que les individus qui ont vécu du mal ont des difficultés à reconnaître que leurs expériences étaient en faîte de la violence sexuelle. Dans plusieurs cas, à cause de la culture du viol et de la normalisation de la violence sexuelle, à moins qu’une expérience constitue d’une agression grave, les individus se battent avec reconnaître leurs expériences et de trouver du soutien. Il est important de comprendre que la violence sexuelle est une grande catégorie qui inclut un éventail de formes de mal. Ce n’est jamais votre faute.

Selon le Plan d’Action de Notre Tour, dans un sens large, la violence sexuelle est définie comme:

« … aucun acte sexuel ou acte qui cible la sexualité, l’identité sexuelle, ou l’expression sexuelle d’un individu, qu’il s’agisse d’un acte physique ou psychologique, qui est perpétré, menacé ou tenté contre un individu sans le consentement de l’individu. »

Une liste non exhaustive d’exemples de la violence sexuelle:

 

Les Réponses de la violence sexuelle et comment vous vous sentez

 

N’importe qui peut vivre la violence sexuelle, peu importe leur identité du genre, et toutes les réponses des survivant.e.s est individuelle. Il n’y a pas de mauvaise réponse. Une réponse à la violence sexuelle peut être immédiate ou retardée plusieurs mois. Elle peut toucher certaines parties spécifiques de votre vie ou elle peut être bouleversante. Il faut que vous sachiez qu’aucune réponse est normal et toutes vos expériences sont valides. La guérison est unique et toutes les routes des survivant.e.s sont uniques.

Certaines réponses possibles pour faire face à la violence sexuelle incluent:

 

L’Intersectionnalité de la violence sexuelle

 

À l’AÉUM, nous croyons que toutes les discussions à propos de la violence sexuelle doivent prendre une approche intersectionnelle, ce qui reconnaît la réalité que les individus venant des groupes marginalisés rencontrent la violence sexuelle à des taux plus élevés et différemment des personnes venant des communautés privilégiées.

Spécifiquement, il est essentiel de reconnaître que les individus qui reconnaissent une des formes variées de la marginalisation —qui comprennent, sans qu’ils y soient limités, les femmes, les personnes trans et non conformant aux deux sexes, les homosexuels, les personnes de couleur et les personnes racialisées, les personnes autochtones, les personnes avec un statut socio-économique inférieur, et les personnes handicapées— sont touchées de façon disproportionnée par la violence sexuelle.

 

La Culture du viol sur le campus de McGill

 

La culture du viol est définie par le gouvernement de l’Ontario comme « une culture où les idées dominantes, les pratiques sociales, les images des médias et les institutions sociétales pardonnent l’agression sexuelle, implicitement ou explicitement par normaliser ou banaliser […] la violence sexuelle et par blâmer les survivant.e.s pour leurs abus. » La culture du viol crée un climat dont nous acceptons que nos politiques, nos pratiques, notre maintien de l’ordre public, et nos cours ne répondent pas correctement au problème de la violence sexuelle. En outre, la culture du viol promeut les taux plus élevés de la violence sexuelle à travers les campus des universités et des collèges.

Bien que la politique de McGill contre la violence sexuelle n’aborde pas le sujet de la culture du viol sur le campus ou le besoin de l’adresser, cette année, l’AÉUM a décidé de participer activement avec le problème, ce qui a commencé avec notre publication du plan d’action À Notre Tour, un rapport qui inclut des actions concrètes pour adresser la culture du viol sur le campus avec des programmes de prévention et soutien. Ensuite, le Conseil législatif de l’AÉUM a adopté de façon unanime une motion pour adresser la culture du viol à l’AÉUM et sur le campus de McGill (link). Finalement, comme résultat de cette motion, au cours du prochain semestre, l’AÉUM travaillera avec les associations des facultés et les autres parties prenantes en créant un groupe de travail À Notre Tour pour soutenir les réponses des étudiants à la violence sexuelle sur le campus.

 

Obtenir le soutien

 

Si vous ou un de vos proches êtes touchés par la violence sexuelle, saviez que vous n’êtes pas seule. Il n’y a pas de réponse attendue ou requise au traumatisme. Plusieurs survivant.e.s sont tristes, fâchés, ou se sentent rien. Pour plusieurs survivant.e.s, ça peut prendre plusieurs mois ou années pour identifier leurs expériences comme des violences sexuelles. Quelle que soit votre/vos réponses à votre/vos expérience.s, il y en a des options gratuites de soutien centrées sur les survivant.e.s, si c’est quelque chose que vous intéressez.

À McGill et dans la communauté montréalaise, il y a des ressources pour vous: des ressources de pair à pair, des ressources pour les étudiants, et les ressources de soutien institutionnel. La violence sexuelle est une forme spécifique de mal qui requise le soutien des professionnels spécialisés qui sont équipés pour répondre aux traumatismes et à la violence sexospécifique. L’accès aux ressources est complètement à la discrétion du/de la survivant.e et leurs besoins. Les ressources de soutien ci-dessous sont complètement confidentielles, sans jugement et elles tiennent comptent des traumatismes. Elles travaillent avec les survivant.e.s des violences sexuelles pendant qu’ils dirigent leurs expériences et recherchent la guérison. Les ressources gratuites sont disponibles à tout moment, peu importe, quand le.s incident.s ont eu lieu.

Les ressources pair à pair et étudiantes:
Les ressources communautaires:
Les ressources institutionnelles:
Les ressources sur le campus MacDonald:
Crisis Support:

Veuillez noter que si, à tout moment, vous ou un de vos proches est à risque pour lui-même ou pour les autres- chercher l’aide professionnelle en appelant 9-11. Si vous préférez de ne pas contacter les autorités policières, vous pouvez être connecter avec le soutien professionnel à:

Vous trouverez plus d’information sur ce lien.

 

Divulgation d’agression sexuelle

 

Si vous voulez exiguer une divulgation concernant un incident au sein de la communauté d’AÉUM, vous pouvez le faire à travers la formulaire de Divulgation d’agression sexuelle et d’agression contre les femmes. Pour mieux comprendre, la communauté d’AÉUM se compose de tous les étudiant(e)s du premier cycle de McGill, les membres des clubs,des services et des groupes indépendants étudiants, les employés d’AÉUM (temps plein, temps partiel, occasionnel), les bénévoles, les membres du Conseil législatif, du Tribunal judiciaire et du Conseil des gouverneurs et les visiteurs qu’accueillent AÉUM. Toutes candidatures sont confidentielles et sont envoyées au Coordinateur(trice) de l’exécution GSVP d’AÉUM. Vous avez le choix de le soummettre anonyment ou comme une partie tierce.

De plus, toutes divulgations concernant la faculté et le personnel de McGill sont exiguées à travers cette formulaire et sont envoyées au VP des Affaires universitaires.

Les divulgations et les plaintes officielles sont différents. Si vous voulez exercer une investigation ou un sanction, veuillez nous fournir vos coordonnées afin que nous puissons vous contacter. Vous ne serez pas identifiés comme auteur(e)s de cette demande.

Veuillez cliquer ici pour accèder au formulaire.

 

Les Options d’adjustment

 

Comme indiqué ci-dessus, après une violence sexuelle, vous pouvez éprouver des difficultés dans les autres parties de votre vie, incluant vos compétences personnelles, professionnelles et académiques. Une fois de plus, ceci est normal est ce n’est pas votre faute. Comme survivant.e, vous avez les compétences, et le droit, d’accéder des accommodations académiques, immobiliers et professionnels. Veuillez noter que vous ne devez pas déposer une plainte avec les polices ou l’institution de McGill pour recevoir ces accommodations.

Les accommodations possibles incluent:

Veuillez noter que vous ne devez pas déposer une plainte pour accéder ces accommodations!

Si vous voudriez du soutien en accédant des accommodations, veuillez contacter:

Si vous avez des difficultés en accéder des accommodations académiques ou immobiliers, ou si vous vous sentez que vos besoins ne sont pas comblés, veuillez contactez le VP des Affaires Universitaires à l’AÉUM, Isabelle Oke, à ua@ssmu.ca.
 

Les Options pour les plaintes officielles

 

Une approche centré sur les survivant.e.s requisent tous qui engagent dans la prévention de la violence sexuelle et dans la programmation de soutien à prioriser les droits, les besoins, et les souhaits du survivant.e. Cela veut dire respecter vos propres souhaits. Déposer une plainte officielle après une violence sexuelle est votre droit, mais plus important encore, c’est complètement votre choix. Après une violence sexuelle, comme membre de la communauté mcgilloise, vous avez deux options comme types de plainte officielle: le système de justice pénale et la politique de McGill contre la violence sexuelle et le code de conduite étudiant.

 
Les Options pour les plaintes officielles
 

Les efforts de l’AÉUM pour la prévention, le soutien, et le plaidoyer contre la violence sexuelle

 

La Publication de À Notre Tour et la création du groupe du travail de À Notre Tour à McGill

Cet automne avec les étudiants de l’Université Carleton, l’AÉUM a publié le Plan d’action national pour À Notre Tour (English et Français). Le Plan d’action national pour À Notre Tour est un plan d’action bilingue et adaptable pour mettre fin à la violence sexuelle sur les campus par les programmes basés sur les preuves et par l’action effective. La publication était signée par 20 syndicats étudiants venant de 8 provinces et représentant 500 000 étudiants, ce qui fournit aux étudiants les outils pour prévenir la violence sexuelle. Ceci inclut la création de campagnes éducatives, de campagnes de la sensibilisation, le soutien des survivant.e.s sur leurs campus, et le lobbying pour les réformes au niveaux de campus, de la province, et de la nation. L’AÉUM est fier de continuer à travailler avec À Notre Tour est de mettre en œuvre les recommandations du plan d’action sur notre campus. Dans le semestre hivernal, l’AÉUM créera un groupe de travail À Notre Tour à McGill. Si vous êtes intéressé à devenir membre du groupe du travail, veuillez contacter le VP externe de l’AÉUM, Connor Spencer, à external@ssmu.ca.

Plaidoyer relatif à la Politique contre la violence sexuelle de McGill

En avril et décembre de 2017 respectivement, le Panel ad hoc pour mener une étude sur la violence sexuelle sur le campus et le Comité pour la mise en œuvre d’une politique contre la violence sexuelle ont été créés. Ces deux comités sont mandatés de faire rapport au provost, Dr. Christopher Manfredi, avant la fin du semestre hivernal de 2018. Une grande partie des travaux futurs sur la Politique de McGill contre la violence sexuelle seront guidés par les résultats et les recommandations de ces rapports. Isabelle Oke, le VP des affaires universitaires, est le représentatif de l’AÉUM qui siège au Panel ad hoc. Elle peut être contactée à ua@ssmu.ca. Connor Spencer, le VP des affaires externes, est le représentatif de l’AÉUM qui siège au Comité pour la mise en œuvre. Elle peut être contactée à external@ssmu.ca. Pour le mandat complet, la composition complète et le calendrier de chaque comité, veuillez suivre les liens ci-dessus!

Motion pour admettre et répondre à la culture du viol au sein de l’AÉUM et sur le campus de McGill

Le 12 octobre 2017, le Conseil législatif de l’AÉUM a adopté à l’unanimité une motion pour admettre la culture du viol à McGill et à l’AÉUM. Le texte de la motion est trouvé ici. La motion est la première étape de l’AÉUM vers le développement d’une réponse à la violence sexuelle sur campus qui est holistique et centrée sur le survivant.e. La motion a initialisé la création du groupe de travail À Notre Tour à McGill.

La Politique de la violence sexuelle et sexospécifique de l’AÉUM

En conséquent du mal perpétré par les membres exécutives de leur organisation en 2017, AÉUM cherche à établir leur propre politique d’agression sexuelle et d’agression contre les femmes. En janvier 2018, on a utilisé le financement de SACOMSS pour embaucherCaitlin Salvino, la Coordinatrice du projet de la politique contre l’agression sexuelle et les deux conseilleures Bee Khaleeli et Priya Dube. Ensemble au cours du semestre, elles ont développé une culture globale centrée vers les survivants en menant des consultations générals et privés avec l’affiliation d’AÉUM et ses intervenant(e)s. La dernière copie de la politique sera présentée au Conseil législatif d’AÉUM en september 2018. Vous pouvez lire le dernier rapport ici.