Déclaration de l’AÉUM sur les discussions autour de la « motion concernant les offres de voyages gratuits proposées aux leaders étudiant.e.s »

Déclaration de l’AÉUM sur les discussions autour de la « motion concernant les offres de voyages gratuits proposées aux leaders étudiant.e.s »

Ce communiqué de presse est envoyé par les membres de l’exécutif de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) afin de préciser à nouveau une situation qui, nous le craignons, est devenue sensationnaliste. Cela concerne l’offre de voyages gratuits en Israël et en Palestine proposée par Hillel Montréal au conseiller et directeur Adin Chan et à la conseillère et directrice Jordyn Wright, qui siègent au conseil d’administration de l’AÉUM en tant que représentants du conseil législatif de l’AÉUM.

Tout d’abord, nous souhaitons adresser nos plus sincères pensées à la conseillère et directrice Wright. Bien que de nombreuses discussions aient eu lieu sur les voyages gratuits proposés, l’équipe de direction de l’AÉUM tient à rappeler que chaque membre de l’Association a le droit et la responsabilité de maintenir un environnement sûr, et que cela devrait être notre priorité absolue; les attaques personnelles sont inacceptables. En particulier, aucun.e étudiant.e de McGill ne devrait se sentir en danger à cause de son identité et de sa religion. Les idées devraient faire l’objet d’un débat, mais ces débats ne doivent jamais donner l’impression qu’une personne subit un procès. L’exécutif de l’AÉUM s’engage à se tenir aux côtés de la conseillère et directrice Wright contre tous les commentaires antisémites et toutes formes de harcèlement personnel.

C’est aussi important de répondre à l’allégation selon laquelle le président de l’AÉUM a activement encouragé les attaques contre la conseillère et directrice Wright. Nous tenons à préciser que lors de la séance de jeudi dernier, le président Buraga n’a à aucun moment préconisé une forme quelconque de préjudice ou de harcèlement ni aucune autre action pouvant être interprétée étant une attaque. Ses amendements visaient à mettre en pratique les éléments de la motion au sein des structures de gouvernance plus larges de l’AÉUM, et c’est avec un profond regret que ses commentaires ont été interprétés autrement. Nous sommes des leaders étudiant.e.s, mais nous sommes avant tout humains, et l’accusation selon laquelle le président Buraga aurait délibérément et méchamment « villainisé » une collègue conseillère et directrice est une accusation qui ne doit pas être prise à la légère. Les étudiant.e.s intéressé.e.s par les déclarations du président sur la motion en question est disponible ici.

Dans le but de clarifier la situation pour la communauté de McGill, nous estimons qu’il est nécessaire d’apporter des précisions quant à l’information qui circule publiquement. Ce n’est pas à nous de dicter l’idéologie politique des individus sur le campus, qu’ils soient leaders étudiant.e.s ou non. Notre mandat consiste simplement à fournir un environnement sûr et accueillant pour tous. C’est en raison de notre désir d’offrir ce service que nous ressentons le besoin de clarifier notre structure de gouvernance et d’organisation, ce qui constitue souvent un mystère pour la plupart des étudiants, ainsi que la Politique sur les conflits d’intérêts de notre conseil d’administration, en particulier en ce qui concerne la présente situation.

Un autre aspect qui nécessite une clarification approfondie est celui des intentions de la motion du Conseil législatif du 28 novembre en ce qui concerne les croyances religieuses des individus. La motion de jeudi dernier n’était nullement motivée par des sentiments ou des raisonnements antisémites ou anti-Israël. Il ne fait aucunement mention de la conseillère et directrice Wright en tant qu’étudiante juive ni ne désapprouve un voyage en Israël en particulier. La motion, rédigée avant que le conseiller et directeur Chan ne refuse de participer à Face To Face, exprimait sa désapprobation quant à la décision de la conseillère et directrice Wright (juive) et du directeur et conseiller Chan (non juif) d’accepter des cadeaux d’une valeur supérieure à une valeur modeste dans le cadre de leurs fonctions officielles. La motion affirme que le fait d’accepter l’offre d’un voyage gratuit, qui leur a été offerte en raison de leur statut de leaders sur le campus, compromet leur capacité à être perçus comme impartiaux lors de la représentation de l’ensemble du corps étudiant au conseil d’administration. Plus précisément, la motion indique au conseil d’administration qu’un voyage gratuit donné à un leader étudiant doit être considéré comme un cadeau de plus de 50 $, argument qui est pertinent lorsqu’une politique mentionne : « [Les individus ne peuvent] en aucun cas recevoir d’une personne tout cadeau d’une valeur supérieure à 50,00 $ ».

Nous reconnaissons que le Conseil législatif, un organisme politique, n’a pas la légitimité nécessaire pour administrer les ressources humaines de l’AÉUM, mais il a le devoir de le signaler lorsque les procédures du conseil d’administration ne correspondent pas à ce que les facultés voudraient voir découler d’une politique qui affecte leurs représentants. En approuvant la motion, le Conseil législatif a statué que les étudiant.e.s ne pensaient pas qu’un.e conseiller/ère et directeur/trice pouvait raisonnablement agir de manière impartiale s’il/elle acceptait des voyages proposés par les groupes d’intérêt, lorsque la valeur de ces voyages était supérieure à 50 $. Conséquemment, en infirmant la décision du Conseil, le conseil d’administration reconnaît que le corps étudiant est mécontent de la faible marge accordée par la Politique sur les conflits d’intérêts, mais nie que le Conseil législatif soit l’instance appropriée pour prendre des décisions concernant les ressources humaines.

Enfin, nous souhaitons aborder le communiqué envoyé par le vice-principal exécutif (Vie étudiante et apprentissage), Fabrice Labeau, le matin du 2 décembre 2019 ainsi que ses commentaires sur le Conseil législatif du 28 novembre 2019. Nous sommes extrêmement déçus de la décision d’intervenir si lourdement dans les affaires de l’Association. Bien que nous apprécions le soutien du vice-principal exécutif Labeau pour la sécurité de la communauté juive et pro-israélienne sur ce campus, il n’a pas encore accordé un tel soutien à la communauté étudiante palestinienne et arabe sur le campus. Ce soutien sélectif ne fait que renforcer l’ignorance volontaire des expériences et des peurs vécues par certains individus. De plus, le fait que le communiqué du vice-principal exécutif Labeau indique son intention de « demander des comptes à l’AÉUM » est particulièrement préoccupant. Lorsque vous êtes membre de l’administration et que vous occupez un rôle au sommet d’une dynamique de pouvoir, vous n’avez pas la légitimité pour parler de la responsabilisation des étudiant.e.s. En tant qu’union étudiante, nous avons besoin d’un certain degré d’autonomie pour remplir efficacement nos rôles, et nous craignons que la déclaration du vice-principal exécutif ne porte gravement atteinte à cette capacité.

En tant que représentants de la communauté étudiante, nous nous efforçons, dans tout ce que nous faisons, d’améliorer la vie étudiante à l’Université McGill. Nous espérons être constamment engagés dans un processus d’apprentissage et de désapprentissage. Cela nécessite un engagement, de l’empathie et la capacité de s’engager de manière critique avec toutes les choses qui nous précèdent. La désinformation et la simplification excessive de questions incroyablement complexes impliquent un lourd tribut. Nos structures de gouvernance sont souvent difficiles à naviguer et nous reconnaissons que ces interprétations erronées ne sont pas dues à la malveillance. Il est de notre responsabilité collective de veiller à ce qu’elles soient améliorées. Tandis que nous tirons les leçons de cette expérience, nous espérons que vous vous joindrez à nous pour faire mieux, être meilleurs et nous efforcer de créer une communauté étudiante fondée sur l’amour, la compréhension et la solidarité.

Ont signés,
Adam Gwiazda-Amsel / vice-président (Affaires externes) | external@ssmu.ca
Billy Kawasaki / vice-président (Vie étudiante) | studentlife@ssmu.ca
Madeline Wilson / vice-présidente (Affaires universitaires) | ua@ssmu.ca
Bryan Buraga / président | president@ssmu.ca
Sanchi Bhalla / vice-présidente (Affaires internes) | internal@ssmu.ca
Samuel Haward / vice-président (Finances) | finance@ssmu.ca

Dernières nouvelles

Déclaration de l’AÉUM sur les discussions autour de la « motion concernant les offres de voyages gratuits proposées aux leaders étudiant.e.s »
le jour du Souvenir