Un troisième débat…Sans véritable débat!

Un troisième débat…Sans véritable débat!

Photograph-Mayoral-Debate-2013-10-09

Le SSMU a eu la chance d’être présent, ce mercredi, au tout premier débat télévisé entre les candidats à la mairie de la ville de Montréal. Organisé conjointement par l’Université McGill et Radio-Canada, celui-ci se déroulait ici même sur le campus, dans l’enceinte chaleureuse du prestigieux Redpath Hall.

Un peu moins de 200 étudiants et partisans ont pris place à partir de 18h, pour ce débat d’une heure trente réunissant les quatre candidats en tête dans les sondages, soit Richard Bergeron, Denis Coderre, Marcel Côté et, celle dont les récentes intentions de votes lui ont finalement valu une participation à cette soirée, Mélanie Joly. Le débat était animé par Patrice Roy, de Radio-Canada, et se déroulait entièrement en français. La majorité des questions avaient été soumis au préalable par des citoyens, dont la plupart ont été invités à venir les poser de vive voix aux candidats.

Candidats et enjeux électoraux

La soirée a permis aux candidats de se prononcer sur une grande variété d’enjeux, dont la gouvernance, l’intégrité et la transparence, le transport, la prospérité économique et culturelle, la langue, les relations avec les autres paliers de gouvernement, etc. Dans l’ensemble, les candidats ont été plutôt fidèles à leur plateforme électorale. Richard Bergeron, urbaniste de formation, a mis l’accent sur l’importance de viser grand pour Montréal et de sortir du « pense-petit ». Il a insisté sur l’embellissement de la métropole, sur la problématique de l’exode des familles et sur l’importance de l’électrification des transports. Denis Coderre, ancien député libéral fédéral, a plutôt insisté sur l’importance d’avoir un bon leadership, de l’expérience et « la confiance des gens ». Il a réitéré son intention de mettre en place un inspecteur général et de faire de Montréal une « ville intelligente ».

Marcel Côté, co-fondateur de la firme SECOR, désir pour sa part réduire le nombre d’élus et instaurer un système de « check and balance » pour prévenir la corruption. Enfin, Mélanie Joly, avocate de formation, a affirmé s’être inspirée de plusieurs villes internationales, telle que Toronto, New York et Bogota. Elle propose notamment la nomination d’un chef du développement économique, l’acquisition d’un statut particulier pour la ville de Montréal et, comme Richard Bergeron, insiste sur l’importance de changer les élus ayant baigné dans la corruption, dont la majorité, disent-ils, forment les rangs des formations politiques de Denis Coderre et Marcel Côté.

Plusieurs enjeux font l’objet de nombreux consensus parmi les candidats. C’est le cas, entre autres, de l’augmentation des pistes cyclables et des voies réservées au transport en commun, de faire de Montréal une ville moderne et de promouvoir une culture d’intégrité et de transparence. De façon générale, les candidats sont tous en opposition à l’actuelle Charte des valeurs proposée par Québec et considère que Montréal est une ville francophone, bien que la présence d’une population anglophone soit une réalité de laquelle l’on doive tenir compte. En ce qui concerne les universités, tous ont reconnu leur rôle majeur dans le rayonnement international de la ville. Bergeron en a profité pour souligner l’initiative de revitalisation de Griffintown, permise par la collaboration entre McGill et l’École de technologie supérieure, alors que Mélanie Joly a spécifié l’importance de retenir les étudiants internationaux à Montréal après leurs études.

En plus des questions de portée générale, on a interrogé les candidats sur des préoccupations plus ciblées. En voici un tableau synthèse:

Bergeron Coderre Côté Joly
Fusions municipales Consultation publique de 1 an sur la question Ne touchera pas aux arrondissements Imprécis Imprécis
Virage à droite au feu rouge Contre Pour Imprécis (« pas une priorité ») Contre
Déneigement Rapatriement à l’échelon central Pas de rapatriement Pas de rapatriement Rapatriement à l’échelon central
Impôt foncier Statut quo Imprécis (« respect du citoyen ») Limiter la hausse à l’inflation Statut quo
Règlement P6 Contre (pour le dévoilement préalable de l’itinéraire) Pour ± Pour Contre (pour le dévoilement préalable de l’itinéraire)

Un débat…Sans débat!

À mi-chemin de la campagne électorale, on se serait attendu à mieux de ce troisième débat entre les candidats à la mairie. En fait, alors qu’un débat implique généralement un échange ou une discussion qui oppose des visions différentes, celui d’hier ressemblait plutôt à une suite de monologues en rafale préparés spécialement pour la caméra.

La forme utilisée, qui allouait un maximum de 50 secondes (et souvent moins) pour répondre aux questions posées par les citoyens, ne permettait pas d’obtenir un portrait précis des plateformes proposées par les candidats. Plutôt qu’un débat permettant une véritable confrontation d’idées de même qu’une remise en question systématique des réponses de chaque candidat, les téléspectateurs ont eu droit aux mêmes plateformes électorales que celles présentées depuis le début de la campagne, format « présentation orale ».

Au-lieu d’amener le citoyen à départager le vrai du faux et lui permettre d’en apprendre plus sur les détails des projets, sur leur faisabilité, sur l’expérience des candidats et sur leurs motivations, on a eu droit à des réponses très générales, centrées sur les dossiers les mieux maîtrisés par chaque candidat qui, la majorité du temps, ne répondaient pas à la question posée. Bref, les citoyens savent maintenant qui était le plus à l’aise, qui est le meilleur orateur, mais pas qui a la plateforme la plus appropriée pour Montréal et qui est le plus à même de la mettre en œuvre.

À suivre

Le prochain débat télévisé aura lieu une fois de plus sur le campus de l’Université McGill le 22 octobre prochain, cette fois en anglais. Il sera présenté en direct sur les ondes de Radio-Canada et de CBC. Pour plus d’information, suivez notre blogue ou visitez le site internet de Radio-Canada.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter.

Dernières nouvelles

Atelier du club et Sommet des services
À notre tour
L’assemblée générale de l’AÉUM automne 2017