Mobilisation contre le projet de loi 21

Mobilisation contre le projet de loi 21

Comme plusieurs d’entre vous le savent, cette année, nous avons vu le gouvernement du Québec adopter un certain nombre de lois restreignant l’immigration et la liberté de religion. Notamment, la CAQ a adopté le 16 juin le projet de loi 21 : Loi sur la laïcité de l’État. Cette loi, la troisième version du genre, interdit aux travailleurs·euses du secteur public dans des domaines qui sont censés leur conférer une « position d’autorité » de porter des symboles religieux lorsqu’ils/elles sont au travail. Ceux et celles qui occupaient déjà de tels postes lors de l’adoption du projet de loi sont autorisé·e·s à conserver leur poste actuel, mais ne sont plus protégé·e·s s’ils ou elles décident d’accepter une promotion ou d’être muté·e·s à un autre poste.

Ces restrictions ont un certain nombre d’implications : le projet de loi 21 montre que le gouvernement se soucie davantage de la laïcité radicale que de libérer les travailleurs·euses du harcèlement en restreignant leur capacité à changer de postes; qu’il se soucie davantage d’imposer sa vision de ce à quoi devrait ressembler un·e québécois·e que de la pénurie actuelle de main-d’œuvre enseignante; et qu’il ne réalise pas, ou ne s’en soucie peut-être pas, que l’interdiction des symboles religieux (visibles) n’affecte pas tout le monde de la même façon, mais affecte de manière disproportionnée des individus racialisés tels que les femmes musulmanes et les personnes de confession juive et sikhe. En effet, la présence de nombreux groupes d’extrême droite qui se sont opposés cette année aux manifestations contre le projet de loi 21 semble indiquer que la CAQ sait très bien que cette loi n’offre pas, comme elle le prétend, un traitement égal à toutes et tous.

En solidarité avec les membres de notre propre communauté touch·e·és par les politiques gouvernementales et les organismes communautaires qui ralentissent la mise en œuvre de la loi en la combattant dans les rues et devant les tribunaux, plusieurs associations étudiantes de partout au Québec ont décidé d’adopter des mandats contre le projet de loi 21[1] [2] [3] [4] [5]. Ils visent à indiquer au gouvernement du Québec que les jeunes, l’avenir de cette province, ne croient pas que cette vision du Québec est la voie à suivre. En particulier, les élèves de cégeps et les étudiant·e·s universitaires planifient depuis plusieurs mois les premières étapes d’une mobilisation de masse contre les réformes anti-migrants de la CAQ, et plus récemment une série d’actions de masse qui se déroulera aujourd’hui, samedi et lundi.

Dans ce cas, une grève vise à démontrer que nous n’accepterons pas que les choses se passent comme d’habitude, en continuant à travailler dans des industries qui permettent à la province de fonctionner tant que nos ami·e·s et voisin·e·s sont laissé·e·s pour compte. Cela signifie que nous ne permettrons pas à un gouvernement qui se nourrit de la peur et de la haine de faire ce qu’il désire tout en étant totalement incontrôlé. Bien que le projet de loi 21 soit effectivement actuellement devant les tribunaux, ceux et celles qui sont affecté·e·s par ce projet de loi en ressentent maintenant les conséquences. Il est temps de se relever, de montrer que nous n’avons pas peur et de montrer que nous soutiendrons ceux et celles qui en ont besoin.

Bien que certaines facultés aient décidé de tenir des grèves complètes, empêchant physiquement les étudiant·e·s d’entrer pour suivre leur cours du matin le 17, nous respectons la capacité de chaque faculté de déterminer comment elle veut montrer son soutien aux personnes touchées. Si votre faculté n’est pas en grève, veuillez envisager de quitter vos cours du matin et de rejoindre vos pairs sur la rue McTavish aujourd’hui le 17 janvier à 12 h, pour entendre des discours émouvants sur la lutte contre le projet de loi 21 et pour marcher dans les rues de Montréal jusqu’à ce que nous atteignions le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

Joignez-vous à nos demandes :

  1. Que la CAQ abolisse le projet de loi 21;
  2. Que les directions d’universités à travers le Québec adoptent une position ferme contre le projet de loi 21 et apportent leur soutien à leurs membres affecté.e.s. Pour McGill, cela signifie :
  • un envoi de masse de courriels au personnel reconnaissant l’effet du projet de loi sur ses membres, contrairement au courriel envoyé le 18 juin à la communauté étudiante;
  • un engagement envers les commissions et autres programmations permettant de renseigner les étudiant·e·s sur les effets du projet de loi 21; et
  • un engagement à offrir et à communiquer à ceux et celles à McGill qui sont affecté·e·s par le projet de loi des ressources de bien-être adaptées aux différences culturelles.

Parmi les autres évènements, on retrouve une assemblée publique sur l’immigration demain le 18 janvier à 13 h 00 dans la salle 232 de Leacock, et une autre journée de perturbation des cours (aucune marche prévue) le lundi 20 janvier.

Soussigné,

Sanchi Bhalla / Vice-présidente (Affaires internes) | internal@ssmu.ca
Madeline Wilson / Vice-présidente (Affaires universitaires) | ua@ssmu.ca
Adam Gwiazda-Amsel / Vice-président (Affaires externes) | external@ssmu.ca\
Billy Kawasaki / Vice-président (Vie étudiante) | studentlife@ssmu.ca
Bryan Buraga / Président | president@ssmu.ca
Sam Haward / Vice-président (Finance) | finance@ssmu.ca

  1. SSMU: Motion Regarding Condemnation of Bill 21 2019-10-10
  2. L’ADEESE-UQAM: “Projet de loi 21 : L’ADEESE dénonce un outil de contrôle social et de stigmatisation des femmes musulmanes”
  3. Concordia Student Union: “Statement on Bills 9 and 21”
  4. L’AELIÉS: “Projet de loi 21 – Position et réaction de l’AELIÉS”
  5. FEUS : “Bill 21”

Dernières nouvelles

DÉCLARATION DE L’AÉUM CONDAMNANT LE RACISME ET LA VIOLENCE ANTI-ASIATIQUE
ÉNONCÉ CONCERNANT L’IMPACT DÉMESURÉ DE LA RÉACTION DU QUÉBEC À LA PANDÉMIE SUR LES POPULATIONS MIGRANTES ET LES PERSONNES SANS-ABRI