La culture du viol sur le campus et la défense de l’AÉUM

La culture du viol sur le campus et la défense de l’AÉUM

La culture du viol sur le campus et la défense de l’AÉUM

La culture du viol est définie par le gouvernement de l’Ontario comme « une culture où les idées dominantes, les pratiques sociales, les images des médias et les institutions sociétales tolèrent, implicitement ou explicitement, l’agression sexuelle en normalisant ou en banalisant […] la violence sexuelle et en blâmant les survivant·e·s d’avoir été abusé·e·s. » La culture du viol engendre un climat dans lequel nous acceptons que nos politiques, nos pratiques, notre maintien de l’ordre public et nos tribunaux ne réagissent pas correctement face au problème de la violence sexuelle. De plus, la culture du viol ouvre la voie à des taux de violence sexuelle plus élevés à travers les campus des universités et des collèges.

Il n’est peut-être pas surprenant d’apprendre que la culture du viol n’est pas seulement un problème dans le monde entier, mais aussi sur notre propre campus. Un rapport publié par McGill en 2018 a révélé que 40 % des étudiant·e·s avaient subi du harcèlement sexuel à McGill. Ce harcèlement se passe très souvent sur le campus, lors de fêtes ou d’événements sociaux, en classe et dans des environnements virtuels. Dans un sondage de 2017 auprès des étudiant·e·s de McGill, 22,4 % ont déclaré avoir subi une agression sexuelle pendant leur séjour à McGill. L’enquête a révélé que bon nombre des incidents de harcèlement sexuel et d’agression impliquaient la consommation d’alcool.

McGill a la Politique contre la violence sexuelle pour lutter contre la culture du viol à McGill et les incidents spécifiques d’agression sexuelle par le biais d’initiatives éducatives; le Bureau d’intervention, de prévention et d’éducation en matière de violence sexuelle; et les procédures de plainte. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire.

La publication d’À NOTRE TOUR

À l’automne 2017, l’AÉUM a travaillé avec les étudiant·e·s de l’Université Carleton afin de publier À notre tour : le plan d’action étudiant national. À notre tour : le plan d’action étudiant national est un plan d’action bilingue et adaptable pour mettre fin à la violence sexuelle sur les campus par l’entremise de programmes basés sur des preuves et des actions efficaces. La publication a été signée par 20 syndicats étudiants venant de 8 provinces et représentant 500 000 étudiant·e·s. Le plan fournit aux étudiant·e·s les outils nécessaires pour prévenir la violence sexuelle. Ceci inclut la création de campagnes éducatives, de campagnes de sensibilisation, appuyant les survivant·e·s sur leurs campus, et faisant du lobbyisme pour des réformes au niveau des campus, au niveau provincial et fédéral. L’AÉUM est fière de continuer à travailler avec À notre tour et de mettre en œuvre les recommandations du plan d’action sur notre campus. Si vous êtes intéressé·e à faire partie du travail de défense contre la violence sexuelle à McGill, veuillez communiquer avec le/la vice-président·e (Affaires externes) et le/la vice-président·e (Affaires universitaires) de l’AÉUM à external@ssmu.ca et ua@ssmu.ca.

Défense relativement à la Politique contre la violence sexuelle de McGill

En avril et décembre 2017 respectivement, le Comité ad hoc chargé de mener une étude sur la violence sexuelle sur le campus (représentant de l’AÉUM : Isabelle Oke, ancienne vice-présidente aux affaires universitaires) et le Comité pour la mise en œuvre de la Politique contre la violence sexuelle (représentant de l’AÉUM : Connor Spencer, ancien vice-président aux affaires externes) ont été formés. Pour en savoir davantage sur le mandat complet, la composition et l’échéancier de ces comités, consultez les liens ci-dessus! Ces deux comités étaient sous la supervision du vice-principal exécutif, Dr Christopher Manfredi, à la fin du semestre d’hiver 2018.

Les travaux futurs ont été largement dirigés par les résultats et les recommandations des rapports de ces comités, de telle sorte que la Politique contre la violence sexuelle de McGill a été mise à jour au cours du semestre d’hiver 2019. Parmi les changements, cette version intègre une nouvelle structure de dénonciation créée par l’enquêteur/trice spécial·e et grâce à une importante défense étudiante, une interdiction des relations intimes entre le personnel enseignant et les étudiant·e·s lorsque le membre du personnel enseignant détient une autorité académique sur l’étudiant·e concerné·e. De plus, les procédures d’enquête sur les dénonciations de violence sexuelle ont été adoptées en même temps que les amendements à la politique. À l’avenir, l’Université McGill continuera de convoquer des réunions d’un groupe de travail et du Comité de mise en œuvre de la Politique contre la violence sexuelle.

Motion pour reconnaitre et répondre à la culture du viol au sein de l’AÉUM et sur le campus de McGill

Le 12 octobre 2017, le Conseil législatif de l’AÉUM a adopté à l’unanimité une motion pour reconnaitre la culture du viol à McGill et à l’AÉUM. Le texte de la motion est disponible via ce lien. Cette motion constituait la première étape vers le développement d’une réponse de l’AÉUM face au problème de violence sexuelle sur le campus qui soit holistique et centrée sur les survivant·e·s. La motion a permis de créer un groupe de travail « À Notre Tour » à McGill.

Politique sur la violence sexuelle et genrée de l’AÉUM

En réponse aux préjudices perpétrés par des membres de l’équipe dirigeante de l’AÉUM en 2017, l’AÉUM a cherché à établir sa propre politique sur la violence sexuelle et genrée. En janvier 2018, le financement de SACOMSS a été utilisé pour embaucher Caitlin Salvino, la coordinatrice du projet de la Politique contre la violence sexuelle, et les deux conseillères du projet de la Politique contre la violence sexuelle Bee Khaleeli et Priya Dube. Elles ont travaillé ensemble afin de développer au cours du semestre une politique globale centrée vers les survivant·e·s en menant des consultations générales et privées auprès des membres et des parties prenantes de l’AÉUM. La version finale de la Politique contre la violence sexuelle et basée sur le genre a été présentée au Conseil législatif de l’AÉUM en septembre 2018. Vous pouvez lire le rapport final de l’équipe du projet ici.